Accueil > La République gaullienne > Les médias dans la pratique du pouvoir gaulliste > Affiche pour le référendum de 1962 sur l’élection du président au suffrage universel

Affiche pour le référendum de 1962

Source : Fondation Charles de Gaulle © Droits réservés – Téléchargement

Présentation

Le 28 octobre 1962 est organisé le référendum pour l’élection du président de la République au suffrage universel direct. De Gaulle entend renforcer la légitimité populaire du pouvoir présidentiel.

Contextualisation

Après l’indépendance de l’Algérie, la présidence gaullienne prend une nouvelle orientation: une volonté d’émancipation de l’ancien personnel politique apparaît : la nomination d’un non politique (et non engagé dans la résistance) à Matignon en est le signe. Il faut gérer le prix de l’indépendance algérienne: rapatriés, armée déchirée, coupure des liens avec l’ancienne colonie.

Analyse

L’affiche invite l’électeur à faire son choix. Elle n’est donc pas seulement informative. Le drapeau apparaît dans la typographie divisé en trois couleurs et de taille différente. La réponse, le peuple désigné à la deuxième personne du pluriel avec l’index pointé, seule iconographie de l’affiche, et l’annonce du résultat. Le président prend parti mais il est impersonnel, la France va donner le pouvoir au peuple. De Gaulle a évité le choix du Congrès, l’ensemble des députés hors UDR (gaullistes) étant hostiles à cette mesure. Ce choix aboutit au dépôt d’une motion de censure contre le gouvernement Pompidou, nouvellement nommé, De Gaulle entend contournée le Parlement, corps représentatif élu par le peuple en s’appuyant directement sur la consultation populaire. Le vous et la main indiquent ce style direct. Il se méfie des partis politiques et donc de leur représentation à l’Assemblée nationale d’autant plus qu’il doit se passer de l’alliance avec le MRP suite à une divergence de choix sur l’Europe. La ligne politique gaulliste s’appuie ainsi presque exclusivement sur le plébiscite; l’enjeu du résultat sera important; succès pour le camp gaulliste (61,75% de oui) mais recul par rapport à 1958 (J.Fauvet, Le Monde).

Ressources complémentaires :

Bibliographie

« Le Monde », La une, Le Monde 1944-1999, Plon, 1999

Share This