Au collège de l’Immaculée Conception, 1904-1905

Source : Fondation Charles de Gaulle © Bridgeman – Giraudon Téléchargement

Présentation 

Les enfants de la famille de Gaulle suivent leur scolarité dans des institutions privées. Charles de Gaulle fréquente différents établissements primaires privés, avant de rejoindre le collège jésuite de l’Immaculée Conception rue de Vaugirard à Paris. En 1905, il est en classe de rhétorique (première). Troisième en partant de la gauche sur la deuxième rangée, Charles de Gaulle poursuit son parcours sous l’œil attentif de son père, enseignant et préfet des études, assis au centre de la photographie.

Contextualisation

Le jeune de Gaulle grandit dans une période d’enracinement de la IIIème République. Les Républicains entendent limiter l’influence de l’Eglise, en particulier sur les plus jeunes.  Le gouvernement de Pierre Waldeck-Rousseau (1899-1902) légifère au sujet des congrégations religieuses. Ces dernières sont soumises à une autorisation de l’Etat pour exister et diriger des institutions scolaires. Sous la présidence du conseil d’Emile Combes (1902-1905), l’application de la législation se durcit : de nombreuses congrégations ne sont plus autorisées et des milliers d’écoles ferment.

Analyse

La photographie présente la classe de rhétorique composée de dix-neuf élèves. Pratique développée à partir des années 1870, la photographie de classe offre une vision extrêmement codifiée de l’institution scolaire. Au premier rang au centre de l’image, se tient le professeur derrière son bureau, entouré d’élèves à la disposition soignée, aux corps maîtrisés dans des poses rigides, les visages impassibles, voire sévères. Le cliché rend compte de la vision d’un enseignement fondé sur la rigueur et l’autorité de l’adulte.

L’établissement est au cœur du quotidien familial : Charles le fréquente de 1900 à 1907, son père y exerce des fonctions depuis 1901 et la famille y loge à partir de 1902.

S’il n’est pas possible de reconstituer les journées d’école du jeune adolescent, l’étude menée par Jacqueline Freyssinet Dominjon sur Les manuels d’histoire de l’école libre (1969) indique clairement la place accordée dans l’enseignement privé aux figures de héros, de saints ou de martyrs chrétiens. Dans la lignée de cette éducation, de Gaulle ne cesse, dans ses écrits, de mobiliser grands moments ou personnages de l’histoire de France.

Ressources complémentaires :

 

Bibliographie 

Actes du colloque Charles de Gaulle, la jeunesse et la guerre 1890-1920, Paris, Plon, 2001.

Christine Charpentier, La photo de classe. Palimpseste contemporain de l’institution scolaire, Paris, L’Harmattan, 2009.

Jacqueline Freyssinet-Dominjon, Les manuels de l’école libre (1882-1959), Paris, Armand Colin, 1969.

Mona Ouzouf, L’Ecole, l’Eglise et la République (1871-1914), Paris, Seuil, 2007.

Share This