De Gaulle présente son unité de chars au président de la République, 23 octobre 1939 

Source : ECPAD © NA-USA – Téléchargement

Présentation

Il s’agit d’une photographie prise le 23 octobre 1939.  Le colonel de Gaulle présente ici à Albert Lebrun, Président de la République depuis 1932, son unité de chars, de la Ve armée en Moselle à Goetzenbruck. Il est alors sous le commandement du général Bourret.

Contextualisation

Le 1er septembre 1939, les Allemands lancent leurs terribles blindés, organisés en grandes divisions, à l’assaut de la Pologne. Le 17 septembre, les Soviétiques à leur tour envahissent l’Est du pays, conformément au pacte germano-soviétique signé le 23 août. Malgré un courage indéniable, les Polonais sont écrasés en trois semaines. Les Français et les Britanniques perdent leur allié de l’Est. Le 17 octobre, l’armée française cesse la timide offensive en Sarre commencée le 9 septembre. L’inaction à l’abri de la ligne Maginot continue de caractériser l’armée française et débute ainsi la « drôle de guerre ». De Gaulle commande alors en Lorraine une petite unité de chars et, c’est dans ce contexte qu’il reçoit la visite du président de la République Albert Lebrun.

Analyse

Le colonel de Gaulle se trouve au début de la guerre à Wangenbourg en Alsace, à la tête d’une petite unité de chars R 35, le 19eeBCC de la Ve armée. Lorsqu’il reçoit Albert Lebrun le 23 octobre 1939, de Gaulle se désespère du manque de réaction de l’Etat-major mais aussi de l’absence de volonté de réorganiser l’armée, alors que les succès de la Blitzkrieg en Pologne ont prouvé l’efficacité des grandes divisions blindées. De Gaulle parle même dans ses Mémoires d’aveuglement du Président de la République. Plus tard, il relate les paroles d’Albert Lebrun lors de sa visite, ici photographiée : « vos idées me sont connues. Mais pour que l’ennemi les applique, il semble bien qu’il soit trop tard ».  Ces œillères présidentielles se retrouvent également chez Pierre Brisson, qui visite lui aussi cette unité quelques jours plus tard, au grand désespoir de De Gaulle qui le pensait très au fait des questions militaires.  La visite du Président de la République le pousse certainement à envoyer le 11 novembre suivant, au général Gamelin « une note sur l’emploi des chars », mais qui reste lettre morte. 

Ressources complémentaires :  

 

Bibliographie

Charles de Gaulle, Lettres, notes et carnets, Tome 1, Paris, Robert Laffont, 2012.

Paul-Marie de la Gorce, Charles de Gaulle Tome 1 (1890-1945) Paris, Nouveau monde, 2013.

Jean Lacouture, De Gaulle le Rebelle, Tome 1, Paris, Seuil, 1984.

Sitographie

Actualités cinématographiques du journal de guerre : visite du président de la République à Strasbourg et ses environs : http://www.ecpad.fr/journal-de-guerre-5-semaine-du-20-octobre-1939/ 

Ensemble de photographie 1939-1940 :

http://www.ecpad.fr/la-drole-de-guerre-septembre-1939-10-mai-1940/ 

Share This