Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. (…) Cette foi a grandi en même temps que moi dans le milieu où je suis né. Mon père, homme de pensée, de culture, de tradition était imprégné du sentiment de la dignité de la France. Il m’en a découvert l’Histoire. Ma mère portait à la patrie une passion intransigeante à l’égal de la piété religieuse. Mes trois frères, ma sœur, moi-même, avions pour seconde nature une certaine fierté anxieuse au sujet de notre pays. Petit Lillois de Paris, rien ne me frappait davantage que les symboles de nos gloires : nuit descendant sur Notre-Dame, majesté du soir à Versailles, Arc de Triomphe dans le soleil, drapeaux conquis frissonnant à la voûte des Invalides. Rien ne me faisait plus d’effet que la manifestation de nos réussites nationales : enthousiasme du peuple au passage du Tsar de Russie, revue de Longchamp, merveilles de l’Exposition, premiers vols de nos aviateurs. Rien ne m’attristait plus profondément que nos faiblesses et nos erreurs révélées à mon enfance par les visages et les propos : abandon de Fachoda, affaire Dreyfus, conflits sociaux, discordes religieuses. (…) Adolescent, ce qu’il advenait de la France, que ce fût le sujet de l’Histoire ou l’enjeu de la vie publique, m’intéressait par-dessus tout.

Titre : Charles de Gaulle se raconte enfant 

Source : Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, tome 1, l’Appel, Paris, Plon, 1954, pp. 1-2.

© Éditions Plon, 1954

Présentation

Dans les Mémoires de guerre, publiées en trois volumes de 1954 à 1959, Charles de Gaulle propose un récit de la Seconde Guerre mondiale. Le premier tome « l’Appel » revient sur la période s’étalant de 1940 à 1942 : de Gaulle y présente la défaite, la mise en place de la France Libre, ses relations avec les Alliés. Les premières lignes de ce témoignage sont consacrées à la jeunesse et l’enfance du Général.

Contextualisation

Si de Gaulle commence ses Mémoires de guerre à la suite de son départ du Gouvernement provisoire de la République française en 1946, la majeure partie de l’œuvre est rédigée durant sa « traversée du désert » (1953-1958). Suite au recul du Rassemblement du Peuple français (RPF) aux élections de 1952-1953, de Gaulle choisit de se mettre en retrait de la vie politique et se consacre pleinement à l’écriture. La publication du premier tome est un « événement littéraire » : plus de 100 000 exemplaires sont vendus en cinq semaines.

À une époque où les souvenirs de la guerre sont omniprésents mais les archives inaccessibles, de Gaulle devient un des premiers mémorialistes du conflit et façonne son image de grand acteur de l’histoire de France.

Les premières pages de « l’Appel » reviennent sur l’enfance du Général dans une France de la Belle Epoque, marquée par la défaite de 1870 et l’enracinement républicain.

Analyse

Troisième d’une famille de cinq enfants, Charles de Gaulle naît rue Princesse à Lille le 22 novembre 1890 dans la demeure de ses grands-parents maternels. Dans les Mémoires, de Gaulle évoquent ses parents comme de fervents patriotes. Henri de Gaulle transmet cette valeur par le récit des hauts faits de l’histoire de France, les cérémonies ou visites. La famille est catholique, le Général insiste sur la piété de sa mère, Jeanne Maillot.

Reconstituant les événements a posteriori sur le mode de la vocation, de Gaulle interprète sa trajectoire comme un ensemble cohérent participant ainsi de « l’illusion biographique » (Bourdieu), il construit un récit mythogénique et participe à la construction de la figure du Grand Homme. Charles de Gaulle se décrit tel un enfant marqué par le destin de son pays, grandissant avec des rêves de gloire. Le récit mêle intimement les souvenirs personnels à certains événements de la IIIème République comme la crise de Fachoda ou l’Exposition de 1900. Ces choix narratifs et le style de l’écrivain semblent sceller l’avenir de Charles à celui de la France.

Ressources complémentaires :

 

Bibliographie

De Gaulle, la France et la littérature, La Revue les Temps modernes, Paris, Gallimard, 2010/5 n°661.

Sudhir Hazareesingh, Le mythe gaullien, collection la suite des temps, Paris, Gallimard, 2010.

Thuriane Seveno , « Les « Mémoires de guerre » du général de Gaulle : une contribution à la construction du grand homme », Mots, 1992, vol 32, n°1, pp. 49-65.

Share This