Accueil > De Gaulle avant de Gaulle > Un combattant parmi des millions > La vie quotidienne dans les tranchées

 Film : Les tranchées de Verdun (7’50)

Capture d'écran de la vidéo

Les tranchées de Verdun – Extraits du DVD La Première Guerre mondiale, SCEREN-CNDP, 2008.

Présentation

Ce film documentaire alterne des images d’archives tournées pendant la Grande Guerre et des images actuelles du site de Verdun.

Contextualisation

Depuis décembre 1914, les Allemands font face aux armées anglaises et françaises tout au long d’un front de plus de sept cents kilomètres s’étirant des Flandres au Haut-Rhin. Le 21 février 1916, à Verdun, l’armée allemande déclenche une offensive d’une violence jusqu’alors jamais vue et comportant un double objectif : saigner l’armée française et démoraliser l’opinion publique (Jean-Jacques Becker).

Analyse

La présentation d’une des plus grandes batailles de la guerre 1914-1918, à laquelle le capitaine de Gaulle participe en février-mars 1916 et où il est blessé, permet de comprendre à la fois les conditions de vie et de combat de millions de soldats. La dure vie en extérieur, le manque d’hygiène, les rations alimentaires insuffisantes, la présence quotidienne d’insectes, et surtout les attaques générant morts, blessés ou traumatismes psychiques sont clairement montrés.

Ces conditions peuvent être généralisées aux trois ans et demi de guerre de position de décembre 1914  au printemps 1918. Une lettre du lieutenant de Gaulle à sa mère, datée du 11 janvier 1915, atteste déjà d’ennemis « retranchés », de centaines d’hommes « malades » et d’une « mer de boue » dans laquelle il vit avec ses hommes. (Cité dans Jean Lacouture, De Gaulle le rebelle (1890-1944), Paris, Seuil, 1984, pp. 63-64.).

Cette présentation de la vie et des combats des soldats français peut déboucher sur un double constat.

Le sentiment d’être sacrifié pour rien lors d’offensives meurtrières ne permettant de gagner que quelques centaines de mètres conduit à des refus d’obéissance, voire des mutineries de régiments entiers, en mai – juin 1917 (Guy Pédroncini).

A l’inverse, la résolution des combattants demeure néanmoins vive : « Il faut que cette guerre finisse à notre avantage. » rédige de Gaulle en 1915  (Jean Lacouture, op.cit). « Ils grognaient, mais ils marchaient » écrit Jean Yves Le Naour en reprenant une phrase, apocryphe, de Napoléon.

Ressources complémentaires :

 

Bibliographie

Jean-Pierre Guénot, Yves Laplume (sous la direction de), Lettres et carnets du front 1914-1918. Paris, Anthologie (poche),

Gerd Krumeich, Antoine Prost, Verdun 1916,  Paris, Tallandier,

Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, éditions du centenaire, 2013.

Filmographie

DVD La Première Guerre mondiale, @ SCEREN-CNDP, 2008

Sitographie

http://www.reseau-canope.fr/tdc/tous-les-numeros/la-vie-dans-les-tranchees/videos/article/les-tranchees-de-verdun.html

Share This